Flux RSS

Archives de la Catégorie Rien à voir (ou presque)

Publié le

Putain les gens, je vais avoir un fils. C’est assez dingo de dire ça, j’ai grandi dans une sorte de gynécée, j’ai aucune idée de ce que ça donne un petit garçon, mais ça doit être cool, et puis je vais découvrir, c’est sympathoche.

Mais bon, je vais pas vous mentir, à l’écho des 12 sa, on m’avait déjà prévenu que j’avais de grandes chances que ce soit un garçon. J’ai eu le temps de réfléchir à des trucs qu’il faudrait qu’à un moment ou à un autre je lui dise. Ou son père. Mais j’aime les conversations gênantes.

1. Comment on fait les bébés: Euh… bah euh…. tu vois, la graine du papa et de la maman, bah euh…. on les mélange et après des fois, ça fait un bébé. Comment ça qui les mélange? Assieds-toi, tu es vraiment prêt à entendre des trucs de geudin? Tu vas comprendre d’où te viens ton attirance pour le congélateur…

2. C’est quoi ce film “Trois chattes à nourrir” sur le pc? Ouais j’ai bien compris que c’était pas un reportage animalier (ouais je sais, ça me fait trop délirer comme truc, mais je suis pas la seule dingo si on en croit doctissimo, il y a quand même des gens bien pires que moi:)

3. Est-ce que l’infertilité c’est héréditaire? Euh…. Mouais, enfin je crois, enfin personne n’est sûr. Enfin l’est en tout cas, ce qui est un facteur d’altération du sperme. Et disent que l’infertilité masculine se transmet aux garçons engendrés. Mais bon, si on a réussi à t’avoir, y a pas de raison (et puis comme ça pas de risque que tu mettes une copine de lycée enceinte à moins de l’avoir vraiment, vraiment vraiment voulu. (Mais mets des capotes quand même mon chéri d’amour, c’est important, les filles ou les garçons tu sais pas où ils ont traîné avant fais gaffe mon chéri mon coeur le monde est dangereux. Oui et ferme ton manteau jusqu’en haut avant de sortir, voaaaaaaala. Bisous maintenant, attends t’as une trace je te l’essuie avec ma salive.)

4. Je nous ai inscrits à “Qui veut épouser mon fils?” Non ne me remercie pas mon petit coeur, maman va venir à la télé avec toi, ça va être sensass.

Et si mon fils ressemble à ça, je serai obligée de l'aimer quand même. Et ouais les gens.

Publié le

J’aime bien . Genre je suis trop en amour avec sa série “Ton histoire” où tu peux envoyer l’histoire de ta rencontre avec ton homme. Faudrait bien que j’envoie la mienne d’ailleurs, mais il est question de noctilien un soir de cuite, puis d’une autre cuite un soir de coupe du monde, je sais pas comment tourner ça tout en gardant ma dignité.

Donc Ali m’a tagguée, avec , et puis pas où ce que je vais me la jouer intello comme la dernière fois quoi, là c’est un mignon petit tatg où je vais vous raconter ma vie. Ne faites pas cette tête, je sais que vous adorez ça. Ou pas. Mais faites semblant alors.

1) Est-ce que tu aimes les moutons ? Si non pourquoi ? (c’est pas possible de ne pas aimer les moutons en fait, mais bon… ) Et je ne parle pas de moutons dans ton assiette hein, ne te méprends pas. 

Han mais grave, comment j’adore les moutons! J’ai une obsession bizarre ces derniers temps qui est d’allée vivre à Saumur avec mon mari, d’avoir une petite maison avec un ou deux moutons et une ou deux chèvres, parce que j’aime les chèvres aussi et que je suis rien qu’une sale hippie dans le fin fond de mon âme. Mais ma mère fait aussi un délicieux tajine d’agneau aux pruneaux.

2) Ta couleur préférée de vernis à ongle ? (c’est juste hyper important cette question).

J’aime bien les vernis un peu taupe et les vernis un peu corail. Mais ma couleur préférée de vernis de tous les temps, je pense que c’est la teinte “Barefoot in Barcelona” d’OPI. Déjà parce que putain, pieds nus dans Barcelone ça me rappelle des vacances. Ensuite parce que la vendeuse qui m’a fait l’article parlait trop mal anglais et qu’elle arrêtait pas l’appeler “Beer fed in Barcelona”. Nourri à la bière dans Barcelone, ça me rappelle des vacances aussi tu me diras.

Ces ongles et cette photo na m'appartiennent pas. Mes ongles sont par ailleurs très vilains, mais il fallait bien que je vous montre la teinte.

3) Ton parfum de thé préféré ? Si t’en bois pas, t’es plus ma copine.

Je bois grave du thé, mon parfum préféré, c’est bien évidemment le thé à la menthe de ma manman, mais j’adore aussi “Pleine lune” de Mariage frères, c’est un vrai bonbon je trouve.

4) Qu’est-ce que tu fais si tu as une après-midi de libre ? (sans enfant j’entends)

Quand j’ai une après-midi de libre je glande sur l’ordinateur la plupart du temps, mais là j’essaye de devenir une adulte responsable alors j’essaye de ranger ma maison petit à petit, mais des fois c’est pas faciles mesdames et messieurs les jurés de la propreté, il fait beau dehors, et je dois aller voir ma nièce.

5) Quelle est ta chanson préférée d’Eiffel ? Si t’écoutes pas Eiffel t’es plus ma copine.

Mais putain, c’était presque un sans faute là! On était en train de devenir des BFF toutes les deux!

6) Est-ce que tu manges le corail des noix de Saint-Jacques ?

Pourquoi on n’est pas supposé le manger ce truc? Moi je le mange.

7) Entre la terre et la mer, tu choisis quoi ?

La mer, mille fois.

8) T’as combien de paires de chaussures ?

Une vingtaine je dirais.

9) Est-ce que tu vas voté le 6 mai ? (Je t’ai pas demandé pour qui).

A priori je voterai, si j’estime que j’ai un vrai coix. Parce que si j’ai une afiche de rêve “La Poun vs Sarkophage” je pense que je m’estimerai spoliée, et que je ne bougerai peut-être même pas mon boule pour aller voter blanc. En fait j’espère que je voterai on va dire.

10) Est-ce que tu crois que ma prochaine couleur doit être du blond ?

Non, je pense que tu devrais assumer ta véritable personnalité et te teindre les cheveux en vert. Ca révèlerait mieux encore ton côté prairie.

11) Si tu devais remercier une seule personne, ce serait qui ?

Ma mère. Merci maman de me dire que je suis grosse dès que je prends un kilos, et que je vais devenir grosse dès que je le perd. Mais merci surtout pour plein d’autres vrais trucs, genre m’avoir donné une éducation qui m’a rendue trop fortiche dans la vie pour affronter les trucs, et de m’avoir appris qu’on doit rire de tout.

Et donc voici Ali. Enfin je crois.

Maintenant faut que je pose 11 questions à mon tour et que je taggue onze personnes.

1. C’est quoi ta chanson préférée du monde?

2. Est-ce qu’il t’arrive de sortir de chez toi en pyjama?

3. Est-ce qu’une belle table avec une serviette en tissus, le couteau à droite, la fourchette à gauche, et un verre à vin et un verre à eau peut te donner un orgasme? sinon POURQUOI????????

4. Est-ce que tu crois que ça arrive quand on arrête d’y penser?

5. Et c’est quoi ton film préféré du monde aussi?

6. Pourquoi trouves-tu que le chat est un animal fascinant et magique?

7. Fais moi rêver: c’est où tes prochaines vacances?

8. Quand je serai présidente du monde, me soutiendras-tu dans ma lutte sans faille contre les deux roues motorisés sur routes qui font du bruit et qui font peur?

9. Tu prends l’apéro?

10. Est-ce que tu as compris le secret mystérieux de l’algorithme qui choisit les unes sur ?

11. Trouves-tu que les fautes d’orthographe devraient être punies par la loi? (oui, même moi quand j’en fais, je devrais être punie très sévèrement, plus que les autres même, j’accepte.)

Et je taggue , , , , , , , ,, et (je m’en fous qu’il soit mort, il se démerde). (Et je me rends compte que j’ai taguué des gens déjà tagué. Oui mais faites le mien il est mieux, merde.)

Un livre tout pourri sur l’infertilité (et un billet long et un peu énervé)

Il y a très longtemps (si j’en juge par le montant de mon amende), j’ai emprunté à la bibliothèque un livre dont le titre était Femmes infertiles, Image de soi et désir d’enfants. Cool que je m’étais dit, on va nous parler de la façon dont l’infertilité peut nous déconstruire, comment on peut en arriver à ne plus se sentir complètement une femme, et en quoi la maternité peut devenir un élément qui éclipse tout le reste.

Mon cul ma bite ouais.

L’auteur est une gynecologue – psychologue clinicienne italienne. Oui bah je lui confierais pas mon intimité, ni physique ni morale à cette personne . Ce livre, c’est tous les propos sur l’infertilité que je conchie, qui sont méprisants à mes yeux, et qui accusent comme toujours les femmes d’être responsables de ce qui leur arrive.

1. L’infertile est une carriériste égoïste.

C’est la raison pour laquelle l’infertile est souvent une vieille femme de 35 ans.

“le désir d’enfant n’intervient que plus tard, comme si on passait à une autre page de sa réalisation personnelle, une fois réglé tout le reste. Elles justifient leur choix par des raisons économiques, par le besoin de mieux se connaitre, de profiter de la vie à deux, de se faire une situation (“il fallait construire la maison”, ” Il faut d’abord faire la fête“[...]“

L’infertile est donc une greluche matérialiste, qui veut avant tout s’amuser et avoir des sous, et puis voir après pour les enfants. Hum. Oui parce que forcément madame, si vous voulez boire des canons pour fêter la crémaillère de votre nouveau loft, faut pas s’étonner après hein. Non, rien à voir avec le fait de rencontrer tard le père de ses enfants. Rien à voir non plus avec le fait de trouver un travail stable pourquoi pas. Et puis cette expression de “elles justifient leur choix” comme s’il y avait quelque chose à justifier. Déjà, je pense que ça me soulerait qu’un médecin, fut-il un éminent gynécologue-psychologue clinicien, me demande “Mais pourquoi vous ne vous y prenez que maintenant?” Parce que franchement, est-ce que ça le regarde vraiment? Est-ce qu’il y a vraiment de bonnes ou de mauvaises raisons de choisir de faire un enfant tard?

2. Pourquoi se tourner vers un centre d’aide médicale à la procréation?

“Face à la question posée, pourquoi le recours à la Médecine, les réponses ont été très inattendues et intéressantes: la question fondamentale pour les femmes interviewées est “savoir pourquoi ça ne marche pas” et non, comme on pourrait s’y attendre, “avoir un enfant“.
Souvent dans les études sociales on nous donne comme sous-entendu que les femmes infertiles auraient de fortes motivations pour une maternité. En d’autres termes, à l’idée d’infertilité est associée automatiquement celle du désir précis et absolu d’un enfant, qui semble ne pouvoir être arrêté d’aucune façon.
Mais contrairement à ce qu’on pourrait attendre, ce n’est pas un enfant qui est demandé au médecin.”

Euh. Je trouve ça assez choquant en fait. Ce matin sur France inter, le Dr Fryedman, loué soit son nom, que sa descendance soit nombreuse et cultivée, et que ses chats chient dans leurs caisses, disait “on sous-estime beaucoup la souffrance des couples qui ne peuvent pas avoir d’enfant.” Ouais je trouve aussi. Parce qu’en arriver à jouer sur les mots, pour dire que finalement, les femmes infertiles non par pour priorité d’avoir un enfant, je trouve ça limite. Genre qu’on chiale juste “parce que ça marche pas”, un peu comme quand on n’arrive pas à soigner sa grippe quoi (quoi? moi des fois j’ai très mal à la gorge pendant longtemps, bah ça me fait pleurer. Ouais je suis une vraie infertile qui pleure pour rien.) Et puis je sais pas, cette personne, c’est vraiment avec des personnes infertiles qu’elle travaille? Elle est vraiment psychologue? je commence à avoir des doutes. en même temps non: j’ai toujours détesté les psychologues, et plus particulièrement ce qui se mettent à parler d’infertilité.

3. Venons en au fait: si tu ne peux pas avoir d’enfant, c’est qu’au fond tu n’en veux pas vraiment non?

Ca me rappelle ce bouquin qui déjà m’avait un peu hérissée il y a quelques mois, .

“Il faudrait que la maternité soit automatique. Ce souhait est parfaitement cohérent avec le parcours de patients stériles qui, ayant fait de la procréation un projet, une décision, une volonté, craignent la perte de contrôle qu’impliquent les facteurs psychologiques, perçus comme inconnus et inaccessibles. Comme nous l’avons déjà vu, ils préfèrent une raison organique qui garantit, dans son “innocence”, la non responsabilité du patient.”

Evidemment.

4. Infertile, va t’acheter une personnalité.

Oui parce que aussi, si l’infertile veut des enfants, c’est uniquement pour faire comme les autres, c’est bien connu. Sur toutes les femmes interrogées:

“seulement trois s’expliquent en termes personnels: “je voudrais faire l’expérience de la maternité”, “je voudrais quelque chose à moi, je n’ai rien de vraiment à moi”. Pour les autres femmes, les réponses quand on leur demande pourquoi elles veulent un enfant sont plutôt “c’est logique“, “c’est normal d’avoir un enfant

 

Alors, à quand l’entretien de motivation avant de passer en protocole fiv? Faut-il vraiment soigner l’infertilité? D’ailleurs, les femmes infertiles souffrent-elles vraiment au fond d’elles? Bah quand on lit le livre on se demande. Ce que je me demande surtout, c’est pourquoi il faut se justifier des raisons qui nous poussent à vouloir un enfant. Il n’y a probablement que des mauvaises raisons de vouloir un bébé. Mais pour tout le monde. Les femmes fertiles, on ne leur pose pas la question. Ce matin à la radio toujours, une personne demandait si les fiv en fin de compte, ce n’était pas de “l’acharnement procréatif”. Et baiser tous les trois jours pendant deux mois pour tomber enceinte, faire l’amour avec un mari qu’on ne désire pas uniquement pour avoir un enfant, c’est pas de l’acharnement ça aussi?

Il va beaucoup être question d’AMP les jours qui viennent avec l’anniversaire d’Amandine. J’espère que pour pas mal de gens ce sera l’occasion de découvrir qu’au-delà de techniques médicales de pointes, il y a surtout des couples qui souffrent, et que ce n’est pas de leur faute.

Publié le

L’ m’a tagggué avec . Ouais on fait pas assez dans l’intellectualisme sur ce blog je trouve, et vient un moment où faut arrêter de dire bite. tout ça pour dire que c’est un peu intimidant de devoir dévoiler ses lectures avec à propos, parce que mine de rien, c’est là qu’on va découvrir si j’ai déjà lu autre chose que la saga Twilight ainsi qu’une centaine de romans de Barbara Cartland.

 

Comment te sens-tu?

Milan Kundera, La Lenteur.

Décris où tu vis actuellement:

Samuel Benchetrit, Chroniques de l’Asphalte.

Si tu pouvais aller n’importe où, où irais-tu?

Boris Pasternak, Docteur Jivago.

Ton animal préféré?

Charles Nodier, Le Chien de Brisquet.

Tes meilleurs amis sont?

Akira Toriyama, Docteur Slump.

Comment est le temps?

André Gide, Les Faux Monnayeurs.

Ton moment préféré de la journée?

Michel Déon, Un déjeuner de soleil.

Ton moyen de transport préféré?

Nicolas bouvier, L’Usage du monde.

Ta passion?

Danielle Steel, Un si Grand amour.

Le défaut qui t’horripile le plus?

Flaubert, Bouvart et Pécuchet.

Le métier qui te fait rêver?

Mario Vargas Llosas, La Tante Julia et le scribouillard.

Ton histoire d’amour?

E.M. Fortster, Avec vue sur l’Arno.

Qu’est-ce que la vie pour toi?

Daniel Pennac, Aux Fruits de la passion.

Ta peur?

Gabriel Garcia Marquez, Cent ans de solitude.

Pensée du jour:

Amin Maalouf, Origines.

Comment aimerais-tu mourir?

La Comtesse de Ségur, Le Général dourakine.

La condition actuelle de ton âme?

Leiji Matsumoto, Capitaine Harlock.

Ton rêve le plus cher?

Colette, La Maison de Claudine.

Quel est le meilleur conseil que tu as à donner?

Osamu Tezuka, Debout l’humanité.

Et je taggue à mon tour la , la , et pour quand elles auront le temps!

Publié le

Après avoir passé une semaine sans aucun ordinateur fonctionnel à la maison (rigolez pas les gens, j’ai frôlé la dépression nerveuse, c’était dur, vraiment), on se retrouve avec un ordinateur chacun en état de marche, le mari et moi. Notre vie de couple est foutue, ok, mais le bonheur est revenu lui.

Donc on se met à  passer des soirées de bonheur de geek, chacun sur son ordinateur. Moi je tape des recherches sur “mal en bas du dos 21 sa”, ou “douleurs de règles le soir à 21sa”, et le mari lui se préoccupe de ses problème. Et il tape “Je pue des pieds”. Il a pas l’habitude, lui qui s’intéresse qu’au sport d’habitude, il sait pas la règle: si tu tapes une requête bizarre, tu vas trouver des réponses bizarres. Déjà que des fois tu tapes des trucs normaux tu tombes sur des trucs bizarres.

Du coup, il est tombé là-dessus:

Et vous remarquerez le lien tout en bas de l’image qui nous conseille de nous intéresser à “pourquoi les dents sont-elles parfois jaunes”. Non désolée, j’ai peur de ce que je vais trouver.

Publié le

Ouais j’ai regardé le journal de la santé aujourd’hui. Et j’y ai vu ça:


par

Bon évidemment, ça aurait été fait avec le sperme de mon mari, il y en aurait moins. Beaucoup moins. Et puis des chelous aussi. Ca ressemblerait plus à un spectacle dont la moitié des danseurs n’aurait pas de jambe/ trop de jambe/des jambes enroulées/ deux têtes/ une tête trop petite et j’en passe avant d’éveiller des idées trop extravagantes dans vos cerveaux.

Je dois avouer que je suis de parti pris: ça me fait trop rêver Vous trouverez aussi un petit article sur la conception de cette oeuvre d’art .

Publié le

Hier, en regardant mes requêtes, je me suis quand même demandé comment on pouvait tomber ici en tapant “fond d’ ecran petite culotte sale”. Et puis j’ai eu un éclair de génie, et j’ai pensé que , en faisant une recherche google image on devait tomber sur un truc logique. Donc j’ai testé. Et OH MON DIEU, quel résumé sous l’image, quelle réputation!

Clique vas-y, tu vas voir c'est la honte

Donc ma e-reputation est faite: pour google, je suis une sale qu ne change pas de culotte. Merci google. Et ironie du sort, c’est ce week-end que je suis retournée chercher ma culotte digoulasse (mais ils l’ont lavée vous en faite pas) chez mes amis qui ont décidé que j’étais assez sympa pour ne pas couper les ponts avec une souillon comme moi.

Ce blog est donc officiellement un refuge pour pervers en mal de culottes sales.

Publié le

Le premier trimestre, ça sert à rien. Bon, ça sert toujours plus que de rater sa fiv vous me direz, et c’est bien vrai. Même le premier trimestre qui sert à rien, c’est toujours mille fois mieux que de galérer avec ses traitements. C’est même mille fois mieux qu’une ponction avec 25 ovocytes, c’est vous dire.

N’empêche que bon. On passe deux mois et de mi à:

- se dire qu’on sent rien de spécial 75% du temps

- se dire qu’on a pas de symptômes et que c’est inquiétant

- refuser de voir les symptômes qu’on a effectivement

- se dire qu’on se sent tellement pas enceinte qu’il doit y avoir un truc louche

- voir des trucs louches partout.

Là, enfin, mon ventre commence un peu à grossir. Genre y a que moi qui le voit quoi. Et puis le mari aussi, vu que je lui montre tous les soirs en lui disant “mais siiiiiiiiiiiiiiiiii! Tu vois bien qu’il est plus gros là!” Sauf les soirs où je le trouve rétrécit et où je commence à m’inquiéter. Bon, il est aussi gonflé parce que j’ai des putains de gaz. Genre c’est plus le tonnerre, c’est les trompettes de l’apocalypse, mais c’est bon, je me suis quand même tapé deux putains de stimulations pour en arriver là, le mari va me faire le plaisir de supporter.

Par contre le mari, je lui montre plus mes seins pour lui dire “oh mais regarde, ils ont encore grossi”. Ce serait pas sympa. Ce serait un peu le supplice de Tantale, le mec qui meurt de faim et de soif et qui est condamné à regarder un arbre achargé de fruits et une rivière qui s’éloignent quand il s’en approche. Parce que dès que le mari s’approche de mes seins, je répond en général “Ca va pas ou quoi? Tu vois pas que je meurs de sommeil?” Et c’est vrai. Je rêve la nuit de trucs sexuels, mais tout le temps où je suis éveillée, je rêve juste de dormir. Des fois pour pas trop le vexer le mari, je lui dis aussi “Mais enfin, tu sais bien que ton zizi est beaucoup trop gros, il pourrait blesser l’enfant”. Bon, ok, c’est pas vrai, mais je pense que ça fait mieux passer la pilule pour lui que de juste lui dire fuck.

Le mari, mes nichons.

Première échographie officielle: check.

Maintenant, bah il me reste plus qu’à le dire à la terre entière. J’ai juste l’impression que la terre entière va me faire chier. Ouais, dans le doute j’anticipe toujours que les gens vont m’emmerder. J’ai aussi l’impression que le vrai début, c’est maintenant, que je suis maintenant vraiment enceinte, et ça c’est cool.

Chance de vivre l’explosion chattale / ventrale dans six mois et demi: 99% Oh yeah.

 

P.S.: Je m’étais dit, je ferais un point grossesse tous les mardis, et le reste du temps j’essayerai de rédiger sur l’infertilité. Résultat: je suis crevée et en demi-pension chez ma mère, ce qui ne me laisse pas le temps d’écrire beaucoup d’autres choses que de quoi rassurer les gens.

Publié le

J’allais vous faire un billet un peu chiant pour vous raconter comment hier je me suis retrouvée aux urgences de Sèvres parce que je ne m’étais pas assez préparée psychologiquement au fait que mes beta hcg allaient baisser un jour. Et que ce jour était hier. Crise de panique et de “est-ce que c’est normal?” donc. Réponse: oui, c’est normal. Et le bébé décongelé va très bien.

m’a tagguée. Je vous préviens tout de suite: je tagguerai personne à la fin, parce que j’ai rien compris à comment on est supposé procéder pour ce tag. Ouais ma mère me le disait samedi dernier: “Tu deviens bête”. Je me suis même pas révoltée tellement c’est vrai.

Si j’étais une espèce de gallinacée, je pense que je serais . En tout cas c’est ce que mon mari voudrait que je sois à n’en pas douter.

Si j’étais une coupe de cheveux ou une coiffure, je serais bien sûr une coupe mulet. Comme ça je continuerais de faire rigoler les gens.

Si j’étais un chanteur mort, je serais probablement Barbara. Ouais j’aime bien Barbara.

Si j’étais une blogueuse je serais moi-même, c’est déjà pas facile à assumer.

Si j’étais un doigt de la main je serais deux doigts de la main, je serai le majeur et l’index en même temps. Ouais je suis méga balaise, et puis ça irait bien avec ma coupe mulet faut dire:

Si j’étais une photo, sans aucune hésitation, je serais cette magnifique photo de Doisneau:

Si j’étais une chanson de Madona, je serais La Isla bonita.

Si j’étais un accessoire pour un animal, je serais la litière de mon petit chat: toujours propre puisqu’il préfère chier sur le tapis.

Si j’étais un sport de glace, je serais le bobsleigh, je serais même celui dans le bobsleigh qui essaye d’en faire le moins possible.

Enfin, si j’étais une insulte, je serais “enculé de mange tes morts”.

Bon, si jamais je comprends comment qu’on fait pour tagguer des gens, promis que je le ferai hein!

Publié le

Autrefois, le moindre apéro que je faisais ressemblait à ça:

Ouais, j’aime bien l’alcool, et puis j’ai un peu de mal à doser on va dire. Je sais pas trop comment on reconnait le moment de dire c’est bon, j’ai ma dose. Bon et puis on m’annonçait des grossesses les gens, fallait bien que je trouve quelque chose pour oublier merde.

Du coup je pensais que ce serait dur d’arrêter de boire pour moi. Genre ça m’inquiétait. Genre j’ai déjà fait le test sur alcool info service pour savoir si j’étais alcoolique ou pas. Bon en fait ça va parait-il.

Bah figurez-vous qu’en fait, c’est super facile. Bon déjà parce que le vin me dégoûte, l’odeur des autres alcool me parait écœurante, à part le champagne, mais je ressens pas un besoin irrépressible de le laper quand il y en a. Donc ça ne me pose aucun problème de rentrer de soirée avec les espris clairs, de ne pas passer tout mon dimanche à regretter les conneries que j’ai pu dire. J’ai réussi à vaincre cette légende que je m’étais créée qui disait que j’étais plus spirituel quand j’avais bu (Mwahahahaahahahaha! Croyez-moi, cette légende est complètement fausse!) bon, j’ai quand même la gerbe quand je me réveille le lendemain, mais rien à voir, je le vis très bien là.

SAUF QUE:

Au moins une nuit sur deux, je rêve que je bois. Des trucs que je bois jamais en plus même des fois. Genre je rêve que je bois une bière. Ou alors un verre de rouge. Ou alors une gorgée de champagne. Et après je suis culpabilité, je me dis que ça y est, j’ai bourr la gueule du pauvre bébé décongelé qui va me faire un syndrome de l’alcoolisme foetale, et que genre je suis trop une alcoolique qui sait pas se retenir alors que franchement, c’est quand même pas la mort, et que putain, je m suis quand même pas fait chier pendant trois ans pour tout niquer avec une gorgée de vodka!

Ma double vie actuelle est donc zen et sobre le jour, obsédée par l’alcool la nuit. J’attends le moment où je vais me mettre à rêver que je fume des joints et à sniffer des rails de coke.

faithfullyyours, version nuit

Suivre

Get every new post delivered to your Inbox.

Joignez-vous à 515 followers